Se déplacer après les élections européennes

27 mai 2019

Les élections européennes en France se présentaient sous l’angle du conflit entre les  adversaires du second tour de la présidentielle, Macron et LREM contre Le Pen et la RN.  À la sortie, l’évènement plus important s’avère être la croissance des verts et des sensibilités écologique.

Et cela traduit sûrement une urgence.  La garantie de mes droits sociaux ne comptent pour rien si la terre ne permet plus de soutenir la vie humaine.  Il faut agir. Car il y a de quoi s’inquiéter. Quels changement prévoir ?

Notre système de transport représente un tiers de nos émissions de gaz à effet de serre.  Son infrastructure goudronnée déplace une quantité très importante de verdure. Heureusement, sur ce point on trouve une axe qui permet une amélioration plutôt facile et peu coûteuse : offrir un choix crédible de modes de transport.

Un choix crédible, ce serait quoi ?  Sa définition est simple : c’est vous, et pas l’infrastructure autour de vous, qui décidez comment vous vous déplacez.  Vous n’êtes même pas obligé de prendre la même décision à chaque fois.

Pour aller au travail, vous prenez peut-être un bus ou un tram (ou deux).  Pour aller dîner avec vos copains un beau soir d’été, peut-être décidez-vous de prendre votre vélo, parce qu’ils habitent à 900 mètres de chez vous.  Pour faire vos courses le samedi matin, vous choisissez de partir à pied. Parfois vous prenez votre voiture pour un trajet plus exceptionnel de week-end ou de déplacement.  Vous faites tout cela mais ne sentez pas de compromis dans chacun de ces choix. C’est votre humeur du moment qui est la plus importante.

Mais tout cela n’est pas notre réalité.  Qu’est-ce qu’il faut changer ?

Le pas le moins coûteux d’abord : il faut généraliser l’infrastructure piétonne et cyclable partout dans la métropole et au delà.  L’expérience dans d’autres villes européennes, de Séville à Copenhague, c’est qu’un investissement relativement peu coûteux en infrastructure piétonne et cyclable incite un changement de comportement très important.  Et puisque ces investissements réduisent le besoin d’ajouter des capacités bien plus coûteuses (par exemple, des voies périphériques), on finit par faire une économie très importante.

Ça ne suffit pas : il faut également fournir un système de transports collectifs digne de ce nom.  Notre système dans la région nantaise est formidable mais trop ciblé à l’accès au travail. Sortir le soir est trop souvent synonyme de prendre la voiture.  En outre, nous avons tendance à penser que les transports collectifs sont importants seulement dans le centre. Or c’est surtout le péri-urbain qui en a besoin.

En tant qu’automobiliste, on constate des bandes cyclables qui poussent partout.  Les cyclistes, par contre, ont une tendance à remarquer leur absence, beaucoup plus prononcée pour eux.  Un bon test, qui nous tient à coeur à Transport Nantes, est la sécurité de l’enfant. Je m’imagine en promenade (pédestre ou à vélo) avec un pote.  Nos enfants, âgés de huit ou dix ans, marchent ou roulent 50 mètres devant nous, sous nos yeux. Si j’estime qu’ils sont en sécurité, l’infrastructure est sécurisante.  Trop souvent, nos traversées piétonnes, nos bandes cyclables, nos réseaux qui disparaissent ponctuellement, ne le sont pas.

Et les avantages sont multiples !  Tout d’abord, offrir un choix crédible de transport est moins coûteux que notre système actuel.  Puisque les dépenses de la métropole, du département, et de la région sont récupérés en impôts, c’est tout de suite du pouvoir d’achat de plus pour nous.

En plus, les résidents de métropoles qui ne dépendent pas de la voiture comme seule mode de transport constatent une plus grande satisfaction dans leurs déplacements.  En effet, la réduction du nombre de voiture réduit fortement les bouchons, source principale de frustration en se déplaçant. (Moins de voitures réduit également la concurrence pour les places de parking, une autre source de frustration.)  Ceux qui continuent à se déplacer en voiture en profitent !

Et, peut-être le plus important, c’est que vous pouvez choisir de ne rien changer.  On demande simplement que vous n’imposiez pas ce choix à vos concitoyens. Effectivement, si notre objectif en 2019-2020 était de réduire de 10% la circulation automobile dans la métropole (un chiffre très ambitieux et sans doute pas réaliste), nous ne sommes pas obligés d’imposer à 10% des conducteurs de changer leurs habitudes.  Il suffit d’offrir de meilleures possibilités à certains et des options douces que d’autres choisissent de temps en temps.

À Transport Nantes nous avons autant d’avis sur les élections que nous avons de membres.  Nous sommes pourtant unis sur un point : notre environnement est en péril, et un choix crédible de mode de transport est une axe efficace, peu coûteux, et finalement plus satisfaisant en termes de qualité de vie.

Transport Nantes est une association 1901 qui milite pour un système de transport équilibré dans la région nantaise et au delà.  Nous sommes soutenus à 100% par vous, et c’est votre voix qui nous permet de porter la nôtre. Faites un geste au niveau qui vous semble mieux : donnez nous la force d’agir pour vous !

 

Je participe !